"Le Taï-Jitsu Do est un Art Martial de la Grande famille du « BUDO » ayant comme objectif la compréhension, de la « Voie » DO.

Le Taï-Jitsu Do est la « Voie de la technique du corps ». Ses racines remontent au début des arts de combat qui se sont développés en Chine puis ont migré vers les autres pays asiatiques.

La structure technique du Taï-Jitsu Do est composée de plusieurs styles :

  • « le Karaté » pour les Atémis (techniques de frappe avec les armes naturelles du corps : pieds, poings, coudes, genoux etc…) ;
  • le Judo pour les techniques de projections, les balayages etc…;
  • l’Aïkido pour les clés sur les articulations et des techniques de Shorinji Kempo."
A. Moreau
 
Tai Jitsu-Do

"Dans les années 1970, des professeurs d''arts martiaux traditionnels comme le judo, l''aïkido, le karaté-do et le ko-budo (armes) se posèrent la question de l''efficacité de ces disciplines martiales face aux attaques courantes de la vie de tous les jours et aussi de la complémentarité de chaque art martial. En effet, sur une attaque donnée, par exemple sur une saisie de face d''un revers à une main, la défense peut être aussi efficace en utilisant une technique appropriée du judo, de l''aïkido ou du karaté.

 

En compulsant des ouvrages anciens sur le Ju-Jitsu, en y ajoutant leur propre expérience (les passages de centure noire de judo chez maître Kawaishi comportant une partie sefl-défense) et en rapprochant les techniques de chaque discipline, ils imaginèrent une méthode rationnelle et pédagogique d''enseignement de la self-défense tout en lui gardant l''esprit chevaleresque du budo.

 

Ils se réunirent sur les tatamis et autour d''une table et posèrent les bases d''une nouvelle discipline, plus moderne que le traditionnel ju-jitsu, mieux adaptée à l''esprit occidental et surtout plus polyvalente avec le souci d''être efficace face à toutes sortes d''agressions. Le taï-jitsu venait de naître, mais son nom de baptême était encore inconnu.

 

Certains ouvrages de l''époque faisaient déjà référence à cette technique de self-défense, notamment l''Aïkido, Méthode Morihei Ueshiba (1958) par J. Zin et T.Abe, de même que Défense pour tous (1959) par J.Alcheik. Dans this is Karate, Mas Oyama écrivait en 1965: "L''homme développa des moyens de combat avec ses mains, ses pieds et sa tête. Les techniques de combat primitives donnèrent naissance aux arts martiaux plus évolués. Une combinaison de tout cela se trouve dans le tai-jitsu (technique pour tout le corps) pour le combat..." et plus loin :"Le taï-jitsu se transforma en ju-justu qui, à son tour devint plus tard, le sport du judo. Le premier taï-jitsu semble avoir été semblable au karaté puisqu''il était axé sur un grand nombre de coups portés avec les mains ou les pieds ...". Le Quid, dans son édition de 1988, indique quant à lui que le taï-jitsu a été crée au XVIème siècle par Nagao.

Il est certain que le tai-jitsu, pratiqué de nos jours, avec ses recherches esthétiques, ses précisions techniques, son culte de la vitesse et de l''efficacité, n''a plus grand chose en commun avec le tai-jitsu ancestral.
 

Cette nouvelle discipline martiale suit différents axes :

  • un axe défensif pour aboutir à une self défense, simplifiée et efficace, avec des techniques simples, des mouvements réflexes et des enchaînements rapides, particulièrement bien adaptés aux femmes désireuses d''acquérir rapidement des rudiments d''auto-défense ;
  • un axe purement martial, avec un éventail important de techniques (240), des katas, des mouvements de base et des enchaînements techniques élaborés, très appréciés des pratiquants et des autres disciplines ;
  • un axe compétitif, essentiellement technique et par équipe de deux ou en individuel ; le besoin de se confronter à autrui en quête d''une gloire de "champion" est ici impossible puisque les épreuves s''exécutent devant un jury (comme en patinage artistique par exemple) et permettent une recherche stylisée et une créativité des compétiteurs.

"Le do (michi), qui signifie la voie ou le chemin d''un accomplissement personnel, écrit Gichin Funakoshi dans livre Karate-Do Nyymon (1943), possède une vie propre, qu''il s''agisse du do du budo (les arts martiaux) ou du do des autres arts. Du fait même de cette vie, le do est inévitablement soumis au cycle de l''apogée et du déclin. Il change tout le temps, mais ce changement n''intervient que dans son apparence extérieure, la nature fondamentale du do demeure immuable. Si une personne choisit d''emprunter la voie, elle prend un nouvel essor; dans le cas contraire, elle s''éteint...".

 

L''association Tai-Jitsu-Do Europe (TJDE) , puis l''Union mondiale Taï-Jitsu-Do (UMTJ) et encore plus tard le club de Taï-Jitsu de Montigny le Bretonneux ont été créés dans cet esprit"

 

Extrait du Livre de D. Dubois